TROUBLES DE L’ESTOMAC ET DE L’INTÉRIEUR CHEZ LE NOURRISSON

ESTOMAC ET DE L’INTÉRIEUR CHEZ LE NOURRISSON

Les troubles de l’estomac et des intestins sont l’une des sources les plus fertiles des maladies de l’enfance. Empêchez seulement leur dérangement, et, toutes choses égales par ailleurs, le bébé sera en bonne santé et s’épanouira, et n’aura pas besoin de l’aide de la physique ou des médecins.

Il y a beaucoup de causes qui peuvent donner lieu à ces affections; beaucoup d’entre eux appartiennent au système de la mère, certains à celui du nourrisson. Tous sont capables, dans une large mesure, d’être prévenus ou réparés. Il est donc primordial qu’une mère ne soit pas ignorante ou mal informée à ce sujet. C’est la prévention de ces affections, cependant, qui sera principalement citée ici; car que la mère garde à l’esprit et agisse selon le principe selon lequel seule la prévention des maladies lui appartient; la cure au médecin. Par souci de clarté et de référence, on parlera de ces troubles au fur et à mesure qu’ils se produisent:

Au nourrisson au sein.
—————————-

L’estomac et les intestins du nourrisson peuvent devenir dérangés par le fait que le lait maternel devienne malsain. Cela peut être dû au fait que le parent est en mauvaise santé, une situation qui se manifestera si bien pour elle-même et pour les personnes qui s’intéressent tout d’abord à son bien-être, qu’il suffit de le mentionner ici. Qu’il suffise de dire qu’il existe de nombreuses causes d’ordre général auxquelles il doit son origine; mais la plus fréquente est l’allaitement excessif et les effets sur la mère et l’enfant se sont pleinement étendus.

L’inquiétude mentale de la mère rendra son lait insalubre et insuffisant en quantité, ce qui provoquera des flatulences, des tensions et parfois même des convulsions chez le nourrisson. Une crise de passion chez l’infirmière sera souvent suivie d’une crise intestinale chez l’enfant. Bien entendu, ces causes sont temporaires et, une fois retiré, le lait devient un aliment sain et suffisant pour l’enfant.

Cependant, des troubles mentaux soudains et importants chasseront parfois complètement le lait et en quelques heures. Mme S., aet. 29 ans, une belle femme en bonne santé, au teint blond, était confinée à un garçon. Elle a passé un bon moment et une abondante réserve de lait pour l’enfant, qu’elle a continué à téter jusqu’au mois de janvier suivant, soit une période de trois mois, au cours de laquelle son lait a soudainement disparu. Cette circonstance laissa perplexe le personnel médical, car il ne pouvait en déduire aucune affection physique; mais le lait n’est jamais revenu et une nourrice est devenue nécessaire. Au printemps suivant, le mari de cette femme échoua. L’adversité était imminente depuis la date de la disparition du lait maternel. Ce jour-là, la femme fut informée de l’état déplorable des affaires du mari, ce qui expliqua aussitôt la disparition mystérieuse du lait.

Les articles de régime malsains affectent le lait maternel et dérangent les entrailles du nourrisson. Une fois, on m’a appelé pour voir un bébé au sein souffrant de diarrhée. Les mesures correctives n’ont eu que peu d’effets aussi longtemps que le lait maternel a été autorisé. mais ceci étant arrêté, et la racine de flèche faite avec de l’eau seulement permise, la plainte fut rapidement mise fin. Croyant que le lait maternel avait été altéré par une cause accidentelle qui pouvait maintenant être transmise, l’enfant a de nouveau eu le sein autorisé. En moins de vingt-quatre heures, cependant, la diarrhée est revenue. La mère étant une femme en très bonne santé, on soupçonnait qu’un article malsain de son régime en serait la cause. En conséquence, le régime a été soigneusement étudié, lorsqu’il est apparu que le porteur d’un publicain voisin avait été substitué au sien pendant quelque temps. Cela s’est avéré mauvais, jetant vers le bas, quand on le laisse reposer quelques heures, un sédiment considérable; il a été arrêté; bonne sono prise à la place; l’enfant met à nouveau le sein sur le lait dont il a prospéré et n’a jamais eu une autre attaque.

De la même manière, un médicament apéritif, pris par la mère, agira sur les intestins de l’enfant, par l’effet qu’il produit sur son lait. Cependant, ce n’est pas le cas avec toutes les sortes de médicaments purgatifs, et le même purgatif ne produit pas le même effet sur tous les enfants. Il est donc bon pour un parent de noter ce que l’apient agit ainsi par son système sur celui de son enfant, et ce qui ne l’est pas, et lorsqu’un apient devient nécessaire pour elle-même, à moins qu’elle ne veuille que les intestins du nourrisson ne soient déplacés, le dernier; sinon, elle peut prendre le premier avec un bon effet.

le retour des menstruations pendant que la mère est infirmière affecte toujours les propriétés du lait, plus ou moins dérangeant l’estomac et les entrailles du nourrisson. Il arrivera donc fréquemment que quelques jours avant que la mère ne soit malade, le nourrisson deviendra inquiet et mal à l’aise; son estomac vomira le lait et ses mouvements seront fréquents, liquides et verdâtres. Et puis, quand la période sera complètement terminée, le lait cessera de se purger. Cependant, c’est principalement dans les premiers mois que le nourrisson semble affecté par cette situation; car il sera généralement constaté que, bien que le lait en soit altéré, étant moins abondant et moins nutritif, il cesse néanmoins d’affecter le nourrisson après le troisième ou le quatrième mois. Est-ce que la mère, parce que ses règles reviennent après son accouchement, abandonne l’allaitement? Certainement pas, sauf si la santé du nourrisson en est sérieusement affectée; car elle constatera généralement que, au fur et à mesure que les règles se succèdent, en gardant le bébé pratiquement au sein, pendant son maintien, et en le nourrissant de nourriture artificielle, elle empêchera un trouble de la santé de l’enfant et pourra, dans les intervalles, nourrir son bébé avec avantage. Il faut cependant ajouter qu’il faut faire appel à une infirmière spécialisée plutôt qu’à tout risque d’atteinte à la santé de l’enfant; et que, dans tous les cas, une alimentation partielle sera nécessaire beaucoup plus tôt que lorsque la mère n’est pas ainsi affectée.

Le lait peut également être rendu moins nutritif et sa quantité diminuée si la mère redevient enceinte. Dans ce cas, cependant, la santé de la mère en souffrira surtout si elle persévère dans l’allaitement; ceci, cependant, agira encore de manière préjudiciable à l’enfant. Il sera donc sage, si la grossesse a lieu et si le lait est en désaccord avec le nourrisson, de démissionner de ses fonctions d’infirmière et de mettre l’enfant sur un régime artificiel approprié.

Le nourrisson constamment au sein souffrira toujours plus ou moins de flatulences, d’adhérences, d’un relâchement des intestins et de vomissements. Cela est dû au fait qu’un intervalle suffisant n’est pas autorisé entre les repas pour la digestion. Le lait passe donc de l’estomac dans les entrailles sans être digéré, et les effets qui viennent d’être mentionnés suivent. Il faut non seulement laisser le temps à la bonne digestion du lait, mais laisser à l’estomac un temps de repos. Ce mal doit donc être évité avec le plus grand soin par la mère qui adhère strictement à ces règles d’allaitement.

Les entrailles du nourrisson au sein, ainsi qu’après le sevrage, sont généralement affectées par les poussées dentaires. Et c’est une chance que ce soit le cas, car cela évite des affections plus graves. En effet, la diarrhée qui se produit pendant la dentition, sauf si elle est violente, ne doit pas être maîtrisée; si toutefois tel est le cas, il faut y prêter attention. On trouvera généralement qu’il est accompagné d’une gomme enflée; le seul fait de le pratiquer librement mettra parfois un terme à ce jeu: une aide médicale supplémentaire peut toutefois être nécessaire.

 

Au moment du sevrage.
————————

Il existe une grande susceptibilité aux troubles de l’estomac et des intestins de l’enfant à l’époque où le sevrage a normalement lieu, de sorte qu’il faut faire preuve de beaucoup de prudence et de jugement pour atteindre cet objet. Cependant, les intestins sont généralement perturbés au cours de ce processus par l’une de ces causes; en raison d’un sevrage trop précoce, d’une prise en charge trop brusque ou excessive, ou d’une alimentation excessive et de l’utilisation d’aliments impropres et inappropriés. Il existe une autre cause qui peut également causer la diarrhée à ce moment-là, indépendamment du sevrage, à savoir. l’irritation de la dentition difficile.

La substitution d’aliments artificiels au lait maternel de la mère, à une période où les organes digestifs du nourrisson sont trop délicats pour ce changement, est une source fréquente d’affections actuellement à l’étude.

La tentative de sevrage d’un enfant délicat, par exemple, à l’âge de six mois seulement, sera inévitablement suivie d’un trouble de l’estomac et des intestins. Par conséquent, à moins que la mère ne soit obligée de recourir à cette mesure, qu’elle soit enceinte ou à toute autre cause inévitable, si elle consulte le bien-être de son enfant, elle n’abandonnera pas l’allaitement si tôt.

Priver l’enfant du sein en une fois et lui substituer un aliment artificiel, aussi approprié que puisse l’être la réglementation en vigueur, risque inévitablement de provoquer des troubles intestinaux. Certaines règles et réglementations doivent être adoptées pour effectuer le sevrage en toute sécurité, les détails en sont donnés ailleurs.

Si une trop grande quantité de nourriture est donnée à chaque repas, ou si les repas sont répétés trop souvent, dans les deux cas, l’estomac deviendra opprimé, fatigué et dérangé; une partie de la nourriture, vomie peut-être, vomie, tandis que la partie restante, n’ayant pas subi le processus de digestion, passera dans les intestins, irrite sa délicate membrane de revêtement et produira des flatulences, des saisissements, des purges et peut-être des convulsions.

Ensuite, les aliments impropres et inappropriés seront suivis avec exactement les mêmes effets; et à moins de procéder rapidement à une modification judicieuse, les remèdes n’auront pas seulement une influence sur la maladie, mais la cause en sera maintenue, la maladie s’aggravera le plus sérieusement.

Il est donc primordial pour le bien-être de l’enfant qu’à cette époque, lorsque la mère est sur le point de substituer un aliment artificiel à celui de sa poitrine, elle doit d’abord déterminer quel type d’aliment convient à la femme. meilleur enfant, puis la quantité précise que demande la nature. On pourrait citer de nombreux cas où une ordonnance n’a jamais été rédigée à un enfant, tout simplement parce que ces points ayant été pris en charge, son régime alimentaire a été géré avec discernement et avec soin; tandis que, d’autre part, on pourrait faire référence à d’autres personnes dont la vie a été menacée et presque perdue, simplement en raison d’une gestion diététique peu judicieuse. La suralimentation et les articles de consommation inadéquats entraînent plus fréquemment des heures angoissées et des scènes pénibles pour le parent, ainsi que des dangers et des pertes de vie pour l’enfant, comme presque toutes les autres causes.

L’irritation provoquée par une dentition difficile peut provoquer une diarrhée pendant la période de sevrage du nourrisson, indépendamment du sevrage lui-même. Un tel trouble des intestins, s’il se manifeste manifestement pour cette cause, constitue une circonstance favorable et ne doit pas être perturbé, à moins que l’attaque ne soit réellement grave et aggravée, lorsque l’assistance médicale devient nécessaire. Une légère diarrhée lors du sevrage, alors qu’elle est relativement imputable à la coupe d’une dent (l’état chauffé et enflammé de la gencive la désignera immédiatement comme la source du dérangement), n’a aucune conséquence, mais ne doit pas être confondu avec un désordre découlant d’autres causes. Lancer le chewing-gum supprimera immédiatement la cause et guérira généralement la plainte intestinale.

Partager l'article